La psychose, plus tueuse à Bukavu que la COVID 19